Les pompes indispensables pour votre jardin

grande maison avec jardin

Le bon entretien d’un jardin implique de l’arroser régulièrement. Découvrez les pompes utiles pour votre pelouse ou pour votre potager !

La pompe d’arrosage fournit l’eau et la pression nécessaire

La pompe d’arrosage est conçue pour pomper l’eau d’un réservoir naturel ou artificiel. Elle peut être alimentée par une citerne de récupération d’eau de pluie ou par un bassin naturel tel qu’un étang, suivant ce dont vous disposez dans votre parcelle. Les avantages d’une pompe d’arrosage sont l’utilisation de cette eau qui se trouve à votre disposition et sa mise sous pression. Vous pouvez ainsi utiliser un système d’arrosage automatique plus efficace qu’un simple tuyau d’arrosage et répartir l’eau sur l’ensemble de la zone que vous voulez alimenter en eau.

A découvrir également : Que faire pour décorer son salon ?

L’utilisation de cette eau non issue du réseau d’eau public vous fait réaliser d’importantes économies. Le mètre cube d’eau de pluie ou d’eau d’étang est gratuit. Il ne vous coûte rien, alors qu’un mètre cube issu d’un réseau public est facturé en moyenne plus de quatre euros. En revanche, cette eau ne doit pas être utilisée pour la consommation humaine.

La pompe immergée permet de se servir en eau en profondeur

Lorsque l’eau que vous souhaitez utiliser pour votre arrosage est à une profondeur importante, une pompe à eau immergée s’avère la meilleure des solutions pour compenser la différence de hauteur. La pompe immergée est en effet conçue pour les forages ou puits profonds. Elle plonge directement dans l’eau, et se met en route automatiquement, sans aucun retard dû à l’amorçage. Le refroidissement est assuré par l’eau pompée, et il n’y a ainsi pas de risque qu’elle s’échauffe.

Lire également : Aménagement de la maison : les meilleures idées pour le réussir

Si vous voulez réaliser un forage pour bénéficier de l’eau de la nappe phréatique, vous devez déposer une déclaration préalable en mairie si vous prévoyez un prélèvement plus de 10 000 mètres cubes par an et de moins de 200 000 mètres cubes. Si vous voulez creuser un puits de plus de dix mètres, vous devez de plus faire une déclaration préalable auprès de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement. La déclaration préalable doit être déposée au moins un mois avant les travaux planifiés. Si vous disposez déjà d’un forage ou d’un puits, creusés par un précédent propriétaire ou par un de vos ancêtres, vous n’avez aucune formalité à remplir pour l’utiliser.

ARTICLES LIÉS