« sur cette page détachée » : quel auteur ?

sur cette page détachée quel auteur

La littérature française est remplie d’histoires, grâce à la panoplie d’auteur qu’elle connaît. Ceux-ci se démarquent les uns des autres par le genre littéraire pour lequel ils ont opté. Sur cette page détachée est un vers de la poésie d’un auteur qui a marqué son époque. Il s’agit de Cécile Sauvage.

Qui a écrit le vers  »sur cette page détachée » ?

Le vers Sur cette page détachée est une partie d’un poème extrait du recueil Vallon écrit par l’écrivaine française Cécile Sauvage. Née en juillet 1883 à la Roche-sur-Yon, c’est la fille d’un ancien professeur d’histoire géographie. C’est d’ailleurs ce dernier qui lui transmet ce talent qu’elle a su bonifier au fil du temps dans chacun de ses écrits.

A lire également : Quels pays choisir pour créer son entreprise ?

Ayant subi de nombreuses mutations en raison de son métier, la jeune Cécile eu l’opportunité de vivre à Châteauroux, à Digne-les-Bains puis à Alpes-de-Haute-Provence où elle passe une bonne partie de son enfance. Cet endroit à d’ailleurs participé à la rédaction de ses premières œuvres, grâce à l’aspect de son paysage. Même si elle n’est pas connu du grand public, elle a su laisser ses traces dans la littérature française mais aussi un héritage à ses enfants.

Comment s’est déroulée la carrière professionnelle de l’auteur ?

La richesse de la littérature française est l’une des raisons pour lesquelles certains auteurs ne sont pas connus, sauf par les passionnés. Les périodes sont également des causes puisque Cécile Sauvage a écrit son œuvre intitulé Vallon en 1913. Avant la sortie de cette dernière, c’est d’abord Les Trois Muses qu’elle sorti en 1903. Une œuvre appréciée par les amoureux de la littérature de la période.

A lire en complément : Cigarette électronique : comment ca fonctionne ?

Séduit par ses vers, Frédéric Mistral fait partie de ceux qui adoraient ses poèmes. Il la soutenait dans leurs publications à travers les contacts dont il disposait. En 1910, c’est  »L’âme de bourgeons » qu’elle sort au public. Un recueil purement sentimental. Il s’agissait des mots qui décrivaient les sentiments et l’amour d’une mère pour son enfant. Ce qui fait d’elle une poétesse de la maternité.

cette page détachée quel auteur

Sa vie sentimentale

Cécile Sauvage est une femme qui a connu une vie sentimentale aussi belle que chamboulante. Après la sortie de son recueil Les Trois Muses, les contacts que lui avait fournis Frédéric Mistral l’ont mené au rédacteur Pierre Messiaen. La collaboration de ce dernier pour la publication des écrits de l’écrivaine se transforme peu à peu en relation amoureuse. Avec celui-ci, elle eut l’occasion de faire d’autres rencontres avec des célébrités du domaine. Les deux se mettent en couple et se marient en 1907. Un an après, Olivier Messiaen naît de leur union.

C’est d’ailleurs cette grossesse qui l’inspire dans ses écrits du recueil L’âme de Bourgeons. Le couple en ensuite un second enfant du nom d‘Alain Messiaen en 1912. Olivier devint se spécialise dans la musique en tant que compositeur organiste et pianiste. Quant à Alain, il aurait suivi les pas de sa mère et devint poète.

Pendant sa vie de femme mariée, elle fait la rencontre d’un homme du nom de Jean de Gourmont en 1909. Écrivain et chroniqueur, il assistait pour la publication de son recueil L’âme de Bourgeons à Mercure de France. Cette relation d’abord professionnelle vire en amour.

Les deux connurent une aventure dangereuse et d’adultère que Cécile Sauvage vivait avec passion. Malheureusement, la relation ne pouvait aller loin car Jean de Gourmont finit par se marier en quelques années plus tard. Une rupture douloureuse que l’écrivaine française n’a pu supporter.

Les conditions du décès de l’auteur

La poétesse Cécile Sauvage avec l’immensité de son talent n’a vécu que peu de temps sur la terre. Vers les années 1920, elle et sa famille s’installent dans la ville parisienne. Un lieu que l’autre de Sur cette page détachée n’appréciait pas particulièrement. Ce chagrin d’amour qu’elle portait dans son cœur en plus de ce déplacement l’a faisait déprimé au point où elle préférait s’enfermer. Malheureusement, elle finit par attraper une maladie qui lui sera fatale en 1927.

ARTICLES LIÉS