Qui a inventé la chirurgie esthétique ?

chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique est une pratique à laquelle recourent de nombreuses personnes pour se refaire une beauté. Elle s’avère utile surtout dans les cas où les personnes opérées subissent des ablations physiques. Une réparation est donc nécessaire afin qu’elles puissent retrouver leur intégrité physique et psychologique. Cependant, à qui doit-on l’invention de la chirurgie esthétique ?

Des traces de chirurgie esthétique dans l’antiquité

Contrairement aux idées reçues, la chirurgie réparatrice ou esthétique n’est pas une pratique nouvelle. Ses premières traces datent de l’antiquité. Ainsi, des documents qui en font cas remontent à 4000 ans en arrière. Ils relatent en l’occurrence comment se déroule la chirurgie faciale suite à des blessures au visage.

A lire en complément : Comment agit le Tamiflu ?

Ces traces remontent donc jusqu’aux Égyptiens à l’époque des pharaons. Toutefois, les Grecques ainsi que les Romains leur emboitèrent rapidement le pas, puisqu’ils pratiquaient également la chirurgie réparatrice. Les Indiens à l’époque réalisaient déjà la rhinoplastie.

Ainsi, ils prélevaient de la peau sur les joues ou le front pour réparer des nez coupés. À cette époque, les femmes ayant commis l’adultère avaient le nez coupé. C’était donc une pratique utile pour leur permettre de retrouver leur intégrité physique et d’éviter d’être marginalisées dans la société.

Lire également : Comment stimuler les ovaires naturellement ?

Certaines civilisations étaient plus ou moins avancées. Les Hébreux par exemple, étaient capables de réaliser des séances de lipectomie. Il s’agit d’une intervention qui permet de corriger le relâchement de la peau après un accouchement ou un amaigrissement prononcé.

Le père de la chirurgie esthétique

Bien que les anciens aient découvert la chirurgie esthétique avec des moyens plus ou moins archaïques, c’est au 19e siècle qu’elle aura pris tout son essor. Cette opération, telle qu’on la connaît aujourd’hui, doit son invention à Joseph Jacques, un orthopédiste né à Berlin en 1865.

Lors de sa première intervention, il avait pour mission de réparer une oreille décollée, ce qui fut un succès. Bien qu’il ait l’accord du patient et de sa mère, son patron s’y opposa, ce qui ne le ralentit pas dans son élan. L’opération fut une réussite et il récidiva en 1898 en modifiant la forme d’un nez sans réaliser une incision au préalable.

Très vite, l’interdiction de son patron sera confortée par celle de son père qui est un rabbin et qui s’oppose fermement à ces pratiques. Joseph Jacques créa tout de même sa clinique où de nombreux patients sont opérés depuis l’Allemagne jusqu’aux USA.

En 1882, le monde connaîtra également l’une des figures emblématiques de la chirurgie plastique, le Néozélandais Sir Harold Gilles. Il s’oriente alors dans le traitement des anomalies faciales et de la microchirurgie. Très vite, le bistouri n’avait plus aucun secret pour lui. C’était aussi un mentor exceptionnel qui enseigna sa connaissance à de nombreux apprenants jusqu’en 1960.

Guerre mondiale : un nouvel essor de la chirurgie

Au 20e siècle, la chirurgie aura pris une dimension un peu plus grande à cause de la guerre mondiale. De nombreux soldats étaient défigurés par les éclats d’obus. Ils avaient de moins en moins des apparences humaines.

C’est en ce moment précis qu’entrent en jeu les chirurgiens qui avaient pour mission de réparer les gueules cassées. Très vite, le problème de la douleur pendant l’opération s’est posé. Ils ont donc optimisé leurs méthodes et se font accompagner par les anesthésistes.

Aujourd’hui, la chirurgie esthétique est moins tournée vers les réparations induites par les blessures. Elle est prisée par des patients qui ont décidé de se refaire leur beauté. Joseph Jacques et Sir Harold Gilles ont donc été de véritables piliers dans l’invention de cette forme de chirurgie.

ARTICLES LIÉS