Quelle est la définition de politique ?


Politique : quelle définition philosophique ?

La politique philosophique est un concept central. Il provient de la « polis » grecque, de la ville, et du « techné », Science : la politique est définie comme une science du gouvernement de la ville.

En tant que science théorique, la politique est la science de l’idéal ou de la doctrine à partir duquel le gouvernement doit régler son action. C’est généralement le travail des partis politiques.

A lire aussi : L'économie en Bretagne

La philosophie politique n’est pas du tout une technique d’action politique, c’est une réflexion sur la pluralité des gouvernements et le but de la politique. De Platon à Montesquieu , la question de la philosophie politique était : quel est le meilleur régime alimentaire ?

Alors Rousseau a transformé le questionnement : Quels sont les principes qui sous-tendent la légitimité d’une puissance ?

A voir aussi : L'économie en Bretagne

Les philosophes contemporains ( Habermas , Arendt , Rawls ) ont fait de la démocratie le cadre inégalé de la pensée politique. En eux, la question est plutôt : comment améliorer la démocratie ? Qu’est-ce qui la menace ? Comment puis-je l’enregistrer ?

Définitions des philosophes :

Platon  : « L’art politique réalisant le plus magnifique et le plus excellent de tous les tissus, en enveloppe, dans chaque Ville, tous les peuples, esclaves ou hommes libres, les serre dans son cadre et, assurant à la Ville tout le bonheur qu’elle peut jouir, commander et diriger » (Le Politique)

Aristote  : « La science souveraine est la science politique » (Ethique à Nicomaque)

Aristote  : « Et puisque la Politique utilise d’autres sciences pratiques et légifère également sur ce qu’il faut faire et ce qu’il faut s’abstenir, la fin de cette science englobera les buts des autres sciences ; il s’ensuit donc que la fin de la Politique sera le bien humain approprié »

Hobbes  : « La seule façon de construire un pouvoir commun est de confier le pouvoir et la force à un seul homme, ou à une congrégation, qui peut réduire tous leurs désirs, par la règle de la majorité, en une seule volonté. C’est à dire : désigner un homme ou une assemblée, assumer la personnalité du peuple ; et que chacun se confesse et se reconnaisse comme l’auteur de tout ce qui a fait ou fait, en ce qui concerne la paix et la sécurité communes, celui qui a ainsi assumé sa personnalité, et que chacun, soumet donc sa volonté et son jugement à la volonté et au jugement de cet homme ou de cette assemblée. La multitude, ainsi unie en une seule personne, est ainsi appelée République. C’est la génération de ce grand Léviathan »

Machiavelli  : « Tout n’est pas politique, mais la politique s’intéresse à tout » (Le Prince, analyse)

Rousseau  : « S’il y avait un peuple de dieux, ils se gouverneraient démocratiquement »

Châteaubriand  : « Le plus grand malheur des hommes est d’avoir des lois et du gouvernement. Chaque gouvernement est un mal, chaque gouvernement est un joug » (citation de Chateaubriand)

Weber  : « Par politique, nous entendons tous les efforts faits pour participer au pouvoir ou pour influencer la répartition du pouvoir, soit entre les Etats, soit entre les différents groupes au sein d’un Etat » (l’esprit du capitalisme)

Mao Tse Toung  : « La politique est une guerre sans sang, et la guerre est une politique sanglante »

Churchill  : « La démocratie est le pire système de gouvernement, à l’exception de tous ceux qui ont pu être vécues dans l’histoire » (citations de Churchill)

Arendt  : « Être politique, vivre dans un poli, cela signifiait que toutes choses étaient décidées par la parole et la persuasion et non par la force ou la violence » (La condition de l’homme)

ARTICLES LIÉS