Comment agit le Tamiflu ?

Comme je vous l’ai prédit, l’histoire de la pandémie de grippe H1N1, qui a été créée à partir de zéro, et son vaccin, peuvent causer au public l’impact du scandale des colliers sur l’ancien régime.

****-0Les cadavres commencent à sortir des armoires. Voici une très belle : les études qui ont montré l’activité de Tamiflu ont été falsifiées (excuses pour pléonasme), passant la « colère » à la trappe pour gonfler les chiffres.

A découvrir également : Comment bien porter une ceinture lombaire ?

Lanutrition.fr, 17 décembre 2009 Pendant des années, Roche, le fabricant de Tamiflu, a assuré que son médicament prévient les complications de la grippe. Au détriment de certaines contorsions mises en lumière par une enquête britannique. Une histoire de construction. Thierry Succar

C’ est l’histoire de la manipulation ? Beaucoup de chercheurs croient ça. Quoi qu’il en soit, depuis des années, le laboratoire suisse Roche déverse les gouvernements de nombreux pays sur les merites merveilleux de Tamiflu, son médicament antiviral phare. Pour le croire, Roche n’a pas publié les résultats d’études qui auraient pu imposer des réserves sur cette belle histoire. Voici le rapport de cette rétractation et comment il a été mis à jour.

A voir aussi : Comment savoir si on a de l'acné hormonal ?

Les protagonistes de cette belle histoire

Oseltamivir ou Tamiflu est fabriqué par Roche et est prescrit pour les infections grippales. Selon le laboratoire suisse, Tamiflu réduit l’hospitalisation de 61%, les complications secondaires de la grippe (bronchite, pneumonie, sinusite…) de 67% et les infections respiratoires basses traitées avec des antibiotiques de 55%.

Le groupe Cochrane est À son tour, un réseau de chercheurs s’est concentré sur l’épidémiologie et les statistiques, qui a compilé les résultats de plusieurs études sur le traitement médical afin d’identifier une tendance et d’évaluer son efficacité. L’équipe évaluant les traitements et les vaccins contre la grippe est dirigée par le Dr Tom Jefferson. Cette équipe a publié une évaluation de l’oseltamivir ou du Tamiflu en 2006 (1) et en 2008, qui montre que le médicament réduit les symptômes de la grippe à des doses de 75 mg et 150 mg par jour. Selon cette analyse, Tamiflu 150 mg réduit les complications respiratoires basses de 68%. Mais le voilà. Pour arriver à cette conclusion, l’équipe Cochrane s’est généralement appuyée sur les résultats publiés d’études cliniques individuelles, mais aussi, moins souvent, sur l’analyse globale de 10 études menées par Laurent Kaiser de l’Université de Genève en 2003. L’analyse de Kaiser est une compilation (méta-analyse) d’études plus petit, financé par Roche. La conclusion de Kaiser charge fortement le verdict de Cochrane : selon Kaiser Tamiflu réduit les complications bactériennes de la grippe de 55% (2). Huit des dix études que le Dr Kaiser a fondées sur les résultats conservés par Roche ou publiés uniquement sous forme de sommaires (par opposition aux données brutes). Par conséquent, ces données n’ont jamais été mises à la disposition de la communauté scientifique. Seul Kaiser pouvait l’utiliser. Parmi les deux études publiées, l’une a montré que Tamiflu réduit le risque de complications, l’autre n’a aucun effet.

Un tsunami du Japon

Prenant note de l’étude Cochrane, un pédiatre japonais, le Dr Keiji Hayashi, s’inquiète des résultats d’une analyse – celle de Kaiser – que personne ne peut vérifier les mérites. Hayashi vient d’un pays qui a jusqu’à récemment, 80 % de la production de Tamiflu a avalé. En outre, le Dr Rokuro Hama, qui dirige depuis longtemps l’Institut japonais de pharmacovigilance, a signalé des effets indésirables rares mais graves chez les enfants. Hayashi veut s’assurer que l’équilibre entre les avantages et les risques est pour l’utilisation de Tamiflu. En juillet 2009, Hayashi a signalé son trouble dans une lettre à Tom Jefferson de Cochrane : « Ils ont dit que l’oseltamivir 150 mg prévient les complications respiratoires basses. Cette conclusion, cependant, repose essentiellement sur une analyse effectuée par Kaiser et son équipe, et non sur votre propre analyse des données. » Hayashi ajoute qu’en plus du Dr Kaiser — le seul qui n’a pas de lien financier avec le laboratoire — les auteurs de cette analyse sont quatre employés de Roche et un consultant de Roche, le professeur Frederick, étaient Hayden de l’Université de Virginie. Hayashi demande donc à Jefferson et à son équipe de créer leur propre Effectuer une analyse sur la base des résultats bruts des études, et non sur ce que l’empereur leur a fait.

C’ est une coïncidence que, le 28 juillet, les autorités sanitaires britanniques ont explicitement demandé au groupe Cochrane de mettre à jour son analyse de Tamiflu à partir de 2008. Le 10 août, le Dr Tom Jefferson a demandé au Dr Frederick Hayden (Université de Virginie), co-auteur de l’analyse de l’empereur, de lui fournir les « données brutes » d’études inédites. Le 14 août, Hayden répondit : « J’ai cherché, mais je ne peux pas mettre la main sur les fichiers originaux liés à cette version 2003. Avant et après les deux années passées à l’Organisation Mondiale de la Santé à Genève, j’ai dû changer de bureau universitaire plusieurs fois et me séparer de certains dossiers. Il semble que les dossiers de ces études aient été écartés. Si vous avez les données d’origine ou les données non publiées , vous devrez probablement les obtenir auprès de Roche, qui a parrainé ces études. » Jefferson reçoit une réponse similaire de la part du Dr Kaiser.

Un pas en avant, deux pas en arrière

Peu de temps après avoir reçu ces réponses négatives, Jefferson a été contacté par Tom Clarke, un journaliste scientifique du UK Channel 4 News, qui a étudié les vaccins et les antiviraux. Jefferson explique à Clarke qu’il doit s’adresser à Roche pour récupérer les données brutes des études. La chaîne de télévision suggère alors qu’il l’aide en appelant le service de presse de Roche en question. Philip Carter, un producteur de nouvelles de la chaîne 4, a contacté Pam Dann, a déclaré l’un des agents de communication de Roche que Kaiser et Haydn Jefferson leur ont conseillé de travailler avec Roche pour obtenir les résultats bruts. Le 10 septembre, Carter Roche est les coordonnées de Jefferson. Ce sera le dernier contact entre la chaîne de télévision et le labo.

Le 11 septembre, la Dre Michelle Rashford, directrice médicale de Roche, a déclaré à Jefferson qu’elle avait transmis sa demande à l’équipe de développement clinique du laboratoire. Trois semaines se passèrent sans que Jefferson ne reçoive aucune information, mais le 1er octobre, Michelle Rashford se manifeste de nouveau. Elle a dit à Jefferson que le labo avait besoin d’un accord de confidentialité avant de lui confier les données brutes. L’accord de confidentialité établi par Roche stipule qu’il doit rester secret et que Jefferson ne pourra pas publier l’intégralité des résultats des études. Inquiet de ces exigences, Jefferson demande des éclaircissements : « Pouvons-nous, » a-t-il écrit au laboratoire, publier les données et en tirer des conclusions ?

 » Non seulement Roche ne répond pas, mais le 8 octobre, la société suisse a mis fin aux discussions dans une lettre de Hannah Rind, responsable de la communication : « Malheureusement, après des entretiens avec nos équipes médicales au Royaume-Uni et à Bâle, nous n’avons pas été en mesure de vous envoyer les données demandées parce qu’un La méta-analyse est en cours et nous craignons qu’elle n’entre en conflit avec votre demande. Nous avons été approchés par un groupe d’experts indépendants qui leur ont donné accès aux études de méta-analyse de Roche. Je peux confirmer que ces rapports ont été soumis à la fois à la FDA et aux autorités sanitaires européennes dans le passé. »

Jefferson tentera alors de convaincre Roche que le travail de Cochrane ne peut pas interférer avec celui de l’autre équipe et que, au contraire, une double analyse donnera plus de poids aux conclusions volonté. Le 21 octobre, six semaines après la première demande de Jefferson, le Dr David Reddy, chef de l’unité pandémique de Roche, a envoyé à Jefferson des extraits des 10 études de Kaiser, y compris des tableaux sur les infections respiratoires et la prescription d’antibiotiques. A partir de ces tables, Jefferson essaiera de reconstruire les données compilées par Kaiser, mais sans succès. Roche a fourni des données incomplètes pour le groupe Cochrane et a déclaré au laboratoire le 24 octobre : « Nous n’avons pas été en mesure de reconstruire les dénominateurs de l’étude Treanor 2000. Le résumé semble être composé de plusieurs de ces études sans préciser lesquelles. Les étapes de la randomisation, à double insu, les critères de sélection ne apparaissent pas dans les extraits et les maladies que les volontaires ont souffert, sont rarement décrits (quand ils sont), de sorte que nous ne pouvons pas être complètement sûrs qu’ils sont des adultes en bonne santé. » Le Le 28 octobre, Roche a déclaré à Jefferson que le laboratoire « travaille sur les sujets que vous avez soulevés et qu’il enverra des informations supplémentaires la semaine prochaine ». Mais la date limite était venue pour Cochrane, et Jefferson dit à Roche qu’il était trop tard pour cette période.

Tamiflu est mal efficace dans la prévention des complications

La nouvelle analyse, publiée par Cochrane Tamiflu dans le BMJ, ne prend pas en compte les résultats publiés de Kaiser – les deux tiers des patients qui étaient dans la première analyse. Par conséquent, Cochrane note que Tamiflu ne réduit plus le risque de complications de 67%, mais que de seulement 45% ce chiffre n’est pas statistiquement significatif, ce qui amène Jefferson et son équipe à dire que les preuves dont ils disposent « indiquent que l’oseltamivir n’a pas de complications grippales chez les système respiratoire réduit « (3).

Pour justifier le refus de Roche de livrer ses résultats bruts à Jefferson, David Reddy, qui nous a rappelé aujourd’hui l’unité « pandémies » du fabricant, explique que les données de ces études contenaient des informations privées sur les patients (qui, en fait, étaient… initiales et date de naissance). Légalement, dit-il, les autorités sanitaires, les chercheurs, les médecins et les gestionnaires de Roche pouvaient le voir, mais rien d’autre que sous le sceau de confidentialité. « Nous n’avons pas compris pourquoi la chaîne de télévision était impliquée », explique Reddy aujourd’hui. « Nous avons donc le Dr Jefferson pour signer un accord de confidentialité qu’il a refusé. » Roche a finalement décidé de mettre en ligne les résultats des études qu’il avait précédemment traitées confidentiellement. Consultez les résultats de ces études. Cependant, lors de la première revue, il semble que ces études dans leur sont limitées. Dans une lettre adressée au BMJ peu avant la publication de Jefferson, Kaiser et Hayden, les principaux auteurs de l’analyse de 2003 reconnaissent également que « les différences entre les groupes placebo et les personnes recevant de l’oseltamivir ne sont pas statistiquement significatives dans les sous-groupes analysés ». de complications graves chez les patients « et suggèrent qu’aucune conclusion ferme ne peut être tirée de cela. Pourquoi dans ce cas, dans leur conclusion de 2003, a déclaré que « le traitement de la grippe par Tamiflu réduit les complications des voies respiratoires inférieures, l’utilisation d’antibiotiques et l’hospitalisation chez les adultes en bonne santé et les adultes à risque. » ?

En conclusion, il apparaît aujourd’hui que les nouveaux documents publiés par Roche montrent que Tamiflu n’est pas ou inefficace dans la prévention des complications grippales est. Ces informations étaient en possession de l’Agence européenne des médicaments, de l’Agence française de sécurité des produits de santé (Afssaps) et de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Toutefois, dans son analyse de Tamiflu en 2009, l’Agence européenne assure qu’elle réduira l’utilisation des antibiotiques. Quant à Afssaps, elle croit que « les antiviraux peuvent réduire le risque de complications ». Et depuis Décembre 9 conseillé de donner Tamiflu dans tous les cas de grippe ! (Lire l’article La distribution de Tamiflu contredit les autorités scientifiques) Seule la FDA a procédé à une interprétation correcte des études de Roche. Dans son analyse de 2008, l’Autorité note que Tamiflu, selon elle, ne prévient pas les infections bactériennes après la grippe. Si Tamiflu n’est pas plus efficace que le paracétamol, un jour il faut se demander pourquoi et dans quelles conditions les Français Le gouvernement a acheté 24 millions de canettes. (Lire l’article Comment Roche exhorté à acheter son Tamiflu)

Lire aussi dans Humanité, Influenza A : « Vous avez organisé la psychose » ; le Président du Comité de la Santé du Conseil de l’Europe, l’allemand Wolfgang Wodarg, accuse les lobbies pharmaceutiques et les dirigeants.

Un digne héritier du positivisme d’Auguste Comte, l’actuelle secte américaine de médecine, le bras armé de Big Pharma, nous ajoute depuis plusieurs années le concept d’EBM. Médecine fondée sur des preuves, médecine fondée sur des données probantes.

Mais quelles preuves est-ce que c’est ? Il est temps pour les honnêtes médecins et le public de réaliser que l’affaire Tamiflu est la règle, pas l’exception. « Preuve clinique », « Zétudes » est fondamentalement falsifiée par Big Pharma.

Recherche de la vérité est toujours incompatible avec la recherche du profit.

Cela est particulièrement vrai de l’homéopathie, dans laquelle les médecins qui recherchaient la vérité clinique dès le début défié le ridicule, le sarcasme et la persécution.

Ma conscience est claire : elle me témoigne que j’ai toujours cherché le bien de l’humanité souffrante, que j’ai toujours fait et enseigné ce qui est mieux pour moi, et que je n’ai jamais eu recours à des procédures allopathiques pour plaire aux malades et non pour les éloigner de moi ; J’aime mon Trop de gens et le reste de ma conscience pour faire ça. Ceux qui m’imitent, comme je le fais au bord de la tombe, attendront calmement et avec confiance le moment pour reposer leurs têtes dans le sein de la terre et retourner leurs âmes vers un Dieu dont la toute-puissance doit faire trembler le mal dans son cœur.

Hahnemann.

la vérité est toujours incompatible avec la recherche du profit.

Cela est particulièrement vrai de l’homéopathie, dans laquelle les médecins qui recherchaient la vérité clinique dès le début défié le ridicule, le sarcasme et la persécution.

Ma conscience est claire : elle me témoigne que j’ai toujours cherché le bien de l’humanité souffrante, que j’ai toujours fait et enseigné ce qui est mieux pour moi, et que je n’ai jamais eu recours à des procédures allopathiques pour plaire aux malades et non pour les éloigner de moi ; J’aime mon Trop de gens et le reste de ma conscience pour faire ça. Ceux qui m’imitent, comme je le fais au bord de la tombe, attendront calmement et avec confiance le moment pour reposer leurs têtes dans le sein de la terre et retourner leurs âmes vers un Dieu dont la toute-puissance doit faire trembler le mal dans son cœur.

Hahnemann.

ARTICLES LIÉS