Nantes fait-elle partie de la Bretagne ?

Dans la région bretonne, nous avons un éternel débat que nous partageons avec les Nantes : « Nantes est-elle en Bretagne ?  ». Je ne vous cache pas que le débat commence à l’école primaire parmi les élèves bretons. Plus nous vieillissons, plus nous réalisons que les discussions ne sont pas prêtes à être terminées. Un peu d’histoire, un peu de géographie, un peu de droit et de district administratif et je vais essayer de répondre à cette question.

Un peu d’histoire

A voir aussi : L'économie en Bretagne

Historiquement avant le IXe siècle, Nantes n’avait rien à voir avec la Bretagne, en effet, car la ville soutenait les Francs contre l’irréductible Breton. Après huit guerres menées contre Breton par Louis le Pie entre 750 et 830, l’Empire franco reconnut que seule la pacification et l’unification de la Bretagne pouvaient faciliter un lien avec l’Empire Franco.

Pour mener à bien cette mission, en 831 Nominoë, comte de Vannes, fut chargé de pacifier la péninsule armoricaine. Il l’unifie et prend les comtés de Redon et de Nantes qui font de la Bretagne un royaume indépendant en 851. Nominoë est surnommé depuis le XIXe siècle « Tad ar Vro », père de la patrie bretonne unifiée.

Lire également : Que signifie être citoyen Français ?

Nantes fut le siège du château ducal, résidences des ducs de Bretagne jusqu’en 1488, date de sa conquête par les Francs. En 1532, l’union du duché de Bretagne et du Royaume de France, commencée par les deux mariages successifs d’Anne de Bretagne à Charles VIII et Louis XII, fut scellée par la lettre de Vannes et la Modification de Nantes.

Au XVIe siècle, parfois Nantes, parfois Rennes étaient considérées comme le siège administratif de la Bretagne, puis Rennes, qui serait définitivement en 1560. Nantes conserva la Chambre des comtes de Bretagne jusqu’au milieu de la XVIIIe siècle. Le Parlement de Bretagne à Rennes l’a officié jusqu’à la Révolution.

Le Parlement de Bretagne à Rennes

Un peu d’administration

La Révolution enlève les anciennes provinces et voit apparaître les célèbres départements, et c’est là que commence le fameux débat ! La Bretagne est divisée en 5 départements : Finistère, Côtes-du-Nord (maintenant Côtes-d’Armor en 1990), Morbihan, Ille-et-Vilaine et Loire-Inferior (aujourd’hui La Loire-Atlantique). Depuis 1848, il a été séparé, puis réattaché, puis réséparé (…) de la Bretagne pour des activités économiques et économiques. En 1941, sous le gouvernement de Vichy, la Loire Atlantique est de nouveau séparée de la Bretagne. La Dééélégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) a créé et adapté la division administrative de la métropole en 1963 en reliant le département de la Loire Atlantica à la région du Pays de la Loire et de Nantes comme préfecture (qui occupe d’ailleurs l’ancienne chambre des comtes de Bretagne).

La Préfecture de Nantes, ancienne Chambre des Comtes de Bretagne

Étonnamment, au niveau judiciaire, Nantes dépend encore de la cour d’appel de Rennes, et sur le plan religieux, le diocèse de Nantes dépend de l’archevêché de Rennes. Aujourd’hui, les organismes culturels, touristiques, maritimes et agricoles relient les 5 départements. Elle reste donc une région administrative avec 4 départements, une région historique et culturelle et une région économique avec 5 départements.

Un peu de culture

Culturellement et historiquement, nous ne pouvons pas le nier : Nantes est bel et bien Breton. Ses monuments, tels que le Château des Ducs de Bretagne et la Chambre des Comtes de Bretagne et son histoire (Nominoë, Anne de Bretagne…) confèrent ses racines bretonnes.

Nantes est également à l’origine de la célébration Saint-Yves, reprise par la Région Bretagne en 2009 et rebaptisée « Fête de la Bretagne » (Gouel Breizh en Breton). Une école Diwan accueille 174 élèves. Beaucoup de Nantes aujourd’hui se considèrent Breton de coeur et l’affichent sur leurs plaques d’immatriculation ! La Maison de la Bretagne à Paris représente également les 5 départements en tant qu’entités culturelles bretonnes. Et puis je ne parle même pas des « célèbres prisons de Nantes » et du groupe de Nantes : Tri Yann !

Dessin de l’illustrateur breton : Nono

Un projet de réunification ?

En 2009, le Comité pour la réforme des collectivités locales, propose de réduire le nombre de régions françaises de 22 à 15, de supprimer les départements et d’augmenter ainsi la possibilité d’amener la Loire Atlantique en Bretagne. Cette réforme éliminerait le fardeau de la bureaucratie et renforcerait les identités régionales.

Les sondages ne sont pas vraiment révélateurs d’une réelle volonté de la part des Nantes et des Bretons. Certaines fédérations et associations, comme « Bretagne Reunie » ou le collectif « 44=Breizh », sont entendues et mobilisées, d’autres soutiennent le statu quo.

Cependant, à partir de 2011, un amendement permettrait un référendum sur l’attachement de la Loire Atlantique à la Bretagne. Un cinquième des avocats généraux, appuyé par un dixième des électeurs dans chaque ministère, suffirait à entamer le processus. Cela signifie également que les citoyens des autres départements de la région des Pays de la Loire ne seraient pas affectés par ce référendum (un acte qui serait donc antidémocratique ?). Et quelle serait la nouvelle préfecture de Bretagne : Rennes ou Nantes ? Quel serait le nouveau pôle économique de la région des Pays de la Loire : Angers ou Le Mans ? Il est également possible que la Vendée rejoigne la région Poitou-Charentes et les autres départements du Pays de la Loire fusionnent avec les départements du Centre Val de Loire. Certains mentionnent également la possibilité d’une région du Grand Ouest comprenant la Bretagne, la Loire et le Poitou-Charentes. D’autres veulent aussi inclure la Basse Normandie, ce qui nous permettrait de récupérer le Mont Saint-Michel en même temps !

En conclusion😉

Aujourd’hui, Nantes est culturellement bretonne, mais administrativement « ligérien ».

Petit sondage : Êtes-vous en faveur de l’adhésion au département de la Loire-Atlantique en Bretagne et pourquoi ?

Pour ma part, j’avoue que je n’ai pas les compétences économiques pour peser clairement les avantages et les inconvénients…

Homme à dire : notre actuel Premier Ministre et ancien Maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault s’oppose à ce lien, tandis que notre Ministre de la Défense et ancien Président du Conseil Régional de Bretagne y est favorable…

En prime, un joli petit rapport sur la ville de Nantes

ARTICLES LIÉS

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!